Moi = fan de Rebecca Dautremer!

Publié le par Anaëlle

Voici l'un de mes derniers achats :
le-petit-poucet-1.jpgPar ce qu'il n'y a peut-être pas grand chose de plus beau qu'un rouge de Chine, parce que Rebecca Dautremer en saupoudre ici et là à gogo, j'aime le Journal secret du petit Poucet, ainsi que, il n'en saurait être autrement, ses autres publications.

La confrontation vert-rouge dans une peinture est un duo qui me fascine, rappelant ces histoires, ces contes de notre enfance qui se passent dans les forêts lointaines et où on y parle toujours de sang : Hansel et Gretel, le petit chaperon rouge, Blanche Neige, etc.

En plus d'utiliser à loisir mes couleurs préférées en peinture, les dessins de Rebecca D. sont tout en finesse et justesse.
Dans ce conte très dur, qui n'est pas mon préféré, l'écriture de Philippe Lechermeier est comme une bouffée d'air frais. Loin du pathos habituel de cette histoire, il dote le petit Poucet d'une personnalité espiègle. Le texte, est d'une fluidité déroutante mais pas léger : on a à peine commencé le récit qu'on ne le lâche plus jusque la fin. Insérant par-ci par-là un humour cynique, Philippe L. a fait du narrateur, le petit Poucet, un enfant au fait du monde qui l'entoure, un enfant à l'oeil vif et sûr de lui.

Quel beau duo que ce Philippe et cette Rebecca! Comme dans un livre de dialogue, le texte et l'image se répondent parfaitement sans que l'un prenne le pas sur l'autre!

Voici un (ex)trait d'humour comme il y en a dans tout le recueil :
soupes 1

Quelques idées si vous n'avez pas le courage de faire des courses, ou pendant une grande famine?

Ce conte me fait vraiment grincer des dents : à cause des diverses soupes aux cailloux bien sûr, à cause du dentier de la marâtre, aussi, et parce que les temps sont durs, on respire le même air de désespoir que Poucet.
C'est aussi l'hiver dans cette histoire, et les illustrations sont en gris colorés.
Heureusement, le récit est frais, il nous parle -puisque c'est un journal intime- et, petit détail : les phrases riment!
Entre poésie pure et comptine, le texte a un double rôle : il nous raconte bien sûr une histoire -à la base, assez glauque- mais en parallèle, il chante une autre version-enjouée?- des aventures sinistres du petit Poucet.


extrait p.22, un samedi : [...]dentier-popette.jpg



"Le soir, quand tout est noir, je me glisse derrière sa coiffeuse,
le meuble à miroirs où elle range ses parfums et ses potions,
ses parchemins et ses lotions.
Et c'est là que je la vois glisser dans son corset grenat, le écus,
les ducats, les louis, tous les sous qu'elle a recomptés dans la journée.
Avant de se coucher, elle ferme son corset à clef
- c'est comme un coffre-fort rempli de trésors -
je ne l'ai jamais vue l'enlever.
"




Je ne peux que vous conseiller de le le lire, au moins!

Ne trouvez pas d'excuse : je vous avoue que je l'ai acheté dans une grande surface dont le logo est un oiseau!!!
Bon, il est vrai qu'il était dans les nouveautés, il est vrai que lorsque j'ai demandé s'il y avait un artbook de R. Dautremer, les soi-disantes vendeuses du rayon librairie m'ont fait répéter la question car elle ne savaient pas ce que c'était...
M'enfin...

Comme un livre-objet, il orne dorénavant ma bibliothèque (enfin l'une d'entre elles), ce qui est bien surprenant pour un journal secret, non?

Allez, une dernière image pour la route:

leur-maman.jpg

Publié dans Littérature Jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article