Sainte littérature

Publié le par Anaëlle

 

rimbaud.jpgsainte-futile-2.jpg

En ce moment, je suis sur deux bouquins, qui n'ont pas,  en apparence, grand chose en commun...Et pourtant...

 

Pourtant, j'ose me permettre un jeu de mot facile : il y a quelque chose d'illuminé chez chacun de ces "voyageurs" ("toqués")(expression employée par Verlaine à propos de Rimbaud).

Sérieusement, je jongle entre les deux selon mon humeur, et j'apprécie la légèreté de l'une quand l'autre est par trop sérieux.

Si ALix, pardon, POP, comme elle se fait appeler dans son livre, rencontre Dieu, car elle meurt, Rimbaud lui n'aura de cesse de le chercher, même dans la perdition. Elle, complètement non croyante, ni dans la mode, ni en Dieu, se retrouve face à face avec le sosie de Lagerfeld, alias le Tout Puissant. Trivialité? Kitsch? Irrévérence? ou simplement dérision, Alix Girod de l'Ain, la bonne copine dans Elle magazine, qui y travaille depuis..lontemps, mais qui n'est toujours pas à la page doit trouver un sens à travers son alter ego un vrai sens à sa vie. Personnellement, j'aimerai bien avoir sa vie futile : être journaliste dans un mag de mode, mais c'est ce n'est  pas sur elle-même qu'elle écrit mais sur ce monde-là qu'elle tourne hebdomadairement en dérision, se faisant plus poire qu'elle n'est pour que les lectrices puissent suivre les nouvelles de la haute sphère -sans pitié- du Style. POP saura-t-elle se réinsérer dans la Vie?

Rimbaud, dont on disait de lui à ses débuts qu'il serait soir un génie du Bien, soit un génie du Mal, marchera de long en large autour du globe, jusqu'en Afrique, afin de trouver des réponses, des Amours, la Voie(x). Cette enfance pieuse, rigide, l'aura-t-elle rendu tant étroit, contrit, qu'il n'a pu trouver le plaisir de vivre, le plaisir d'être là, simplement?

Ces deux quêtes du meilleur se rejoignent : il s'agirait de toucher la réalité par le rêve, atteindre le rêve dans la réalité?

Alors que l'une est  renvoyée sur Terre car ne peut être acceptée au Paradis, l'autre a l'impression de vivre" une saison en Enfer" . Finalement, tous deux sont des autobiographes spirituels.

Ce qu'il en résulte :

après un long "travail sur eux", les auteurs auront le choix : accepter un revirement dans leur vie qui les rendra plus forts, ou continuer sur la pente glissante .

L'une restera sur Terre et finalement ganera la foi..en elle, mais l'autre, ayant perdu toute Foi, n'en n'aura plus en lui, jusqu'à son voyage en Afrique, où une deuxième vie s'ouvre à lui, et dont il aura su profiter.

Finalement, Rimbaud et POP, ça nous dit "Carpe Diem", encore une fois. Ca nous dit de nous laisser prendre dans un tourbillon de possibles, d'espoir, de rencontres, de changements...

 

 

Publié dans Littérature Adulte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article